Les espèces

Les manchots comptent 18 espèces réparties en 6 genres.

Le genre Apténodytes

Ce sont les plus grandes espèces de manchots:

Manchot royal - Gold Harbour (île Géorgie du Sud) Le manchot royal

Il est le deuxième plus grand des manchots. Il se reconnait facilement à ses taches oranges.

zcla011m Le manchot empereur

C’est le plus grand des manchots. Il est le seul à vivre sur la banquise et à affronter l’hiver polaire.

 

Le genre Pygoscelis

Uniquement présentes dans les zones antarctiques et sub-antarctiques, ces espèces correspondent à l’image traditionnelle du manchot (noir et blanc) :

Manchot à jugulaire sur un iceberg - île de l'Eléphant (îles Shetland du Sud) Le manchot à jugulaire

Facilement reconnaissable à sa fine bande de plumes noires au niveau de la tête.

Manchot Adélie - Turret Point (îles Shetland du Sud) Le manchot Adélie

Ventre blanc, tête et dos noirs: c’est l’image classique du manchot.

Manchot papou - Île de la Déception (îles Shetland du Sud) Le manchot papou

 

 

Les gorfous: le genre Eudyptes

Les gorfous se distinguent par leurs aigrettes (plumes qui se dressent sur la tête, au dessus de chaque oeil) de couleur jaune orangée:

Gorfou sauteur - New Island (îles Malouines)  Le gorfou sauteur

Espèce la plus répandue et visible sur une quinzaine de sites.

Gorfou macaroni - Cooper Bay (île Géorgie du Sud) Le gorfou macaroni

 

Gorfou des îles Snares Le gorfou des îles Snares

 

Gorfou huppé Le gorfou huppé

 

Gorfou de Schlegel Le gorfou de Schlegel

Présence limitée à l’île Macquarie (sub-antarctique et australienne).

Gorfou des Fjordland Le gorfou des Fjordland

dans le sud de la Nouvelle-Zélande

 

Le genre Spheniscus

Ces espèces vivent dans des zones tempérées telles que l’Amérique du Sud ou l’Afrique. Ils se distinguent par une partie rose sans plume à la base du bec et par une ou deux bandes noires sur la poitrine:

pipa002m Le manchot de Magellan

Au sud de l’Amérique du Sud.

Manchot de Humboldt Le manchot de Humboldt

Présent sur les côtes pacifiques de l’Amérique du Sud.

Manchot des Galápagos Le manchot des Galápagos

Le plus septentrional, avec une présence confinée à quelques îles des Galápagos.

 

Manchot du Cap Le manchot du Cap

Seule espèce d’Afrique.

 

Le genre Eudyptula

Ce sont les plus petites espèces de manchots. Elles se limitent à l’Australie et la Nouvelle-Zélande:

Petit manchot bleu Le petit manchot bleu

 

Manchot à ailerons blancs Le manchot à ailerons blancs

 

 

Le genre Megadyptes

Ce genre ne comporte qu’une seule espèce facilement identifiable à ses yeux jaunes.

Manchot à oeil jaune Le manchot à oeil jaune

 

 

Le nombre d’espèces parmi les manchots est sujet à débat.
Certains scientifiques et ouvrages n’en dénombrent que 17 voire moins pour les raisons suivantes:

  • le manchot à ailerons blancs est considéré comme une sous-espèce du petit manchot bleu.
  • les manchots du Cap, de Magellan et de Humboldt (et parfois des Galàpagos) sont considérés comme les sous-espèces d’une seule espèce
  • le gorfou de Schlegel est considéré comme une sous-espèce du gorfou macaroni
  • le gorfou des îles Snares et le gorfou des Fjordland sont considérés comme une seule espèce
  • le gorfou sauteur est parfois scindé en deux espèces

Les études génétiques permettront certainement de clarifier certains points ainsi que de pouvoir retracer leur évolution par rapport aux autres familles d’oiseaux.

Manchot royal

Description

Manchot royal - Gold Harbour (île Géorgie du Sud)Le manchot royal appartient au genre Aptenodytes. Il est le deuxième plus grand des manchots (le premier étant le manchot empereur du même genre). Ils sont grégaires en se rassemblant en colonies par milliers. Ces colonies sont occupées en permanence étant donné que 15 à 18 mois sont nécessaires pour élever l’unique poussin.

Le nom scientifique patagonicus fait régérence à la Patagonie, région à proximité de leur première observation.

Classification

Nom scientifique: Aptenodytes patagonicusl
Genre: Aptenodytes
Sous-espèces: 

  • Aptenodytes patagonicus patagnicus
  • Aptenodytes patagonicus halli

Nom anglais: King Penguin
Autre nom français: Aucun
Autres dénominations: Pingüino rey (espagnol)

Caractéristiques physiques

Plumage: Ventre blanc, dos gris argenté, tête noire. Une tache orangée part du niveau de l’oreille, se transforme en une fine bande pour ensuite se terminer en un orange clair sur la poitrine. Les pieds sont noirs. Le bec est long et fin. La mandibule a une tache rose-orangée qui se renouvelle à chaque saison des amours.
Pour les poussins, le duvet est épais et marron avec une impression de laineux et cotonneux. Ils furent considérés un temps comme une espèce distincte.
Couleur des yeux: Gris
Taille: Entre 85 et 95 cm
Poids: Entre 8 et 16 kg
Longueur du bec: Environ 13 cm
Taille des ailes: Environ 34 cm

Photos de cette espèce

Répartition géographique

Carte de distribution du manchot royal
Carte de distribution du manchot royal

Lieux d’observation: 

Population: Environ 1,600,000 couples
Statut de l’espèce: Stable
Pourtant, le manchot royal a connu des périodes difficiles. Ainsi, sur l’île Géorgie du Sud, au début du XXè siècle, la population fut quasiment exterminée pour produire de l’huile et utiliser leurs plumes. L’industrie de la pêche avait fait baisser les stocks de nourriture de ce manchot. Aujourd’hui, la population a retrouvé une taille non critique et elle continue à augmenter.

Comportement

Habitat: Cette espèce est plutôt sédentaire. Les manchots royaux nidifient dans de larges colonies sur des plages, des moraines et des zones plates recouvertes de tussocks à proximité de la mer.
Reproduction: Un seul oeuf est pondu au printemps (entre novembre et mars). Les manchots royaux ne font pas de nid mais l’oeuf est couvé sur leurs pieds. Le mâle et la femelle couvent à tour de rôle l’oeuf pendant 54 jours.
Le poussin éclot pendant l’hiver (entre mai et août). Les parents alternent pour chercher leur nourriture et pour également nourrir le poussin par régurgitation.
Quand le poussin a quelques mois, les parents reprennent le chemin de la mer pour se nourrir; le poussin va alors jeûner jusqu’à 4 mois. Quand les parents reviennent, ils recommencent à le renourrir jusqu’à la mue (elle apparait vers l’âge de 10 à 13 mois).
Les parents ne peuvent donner naissance qu’à deux poussins par période de trois ans. Les manchots royaux ne sont pas fidèles et changent généralement de partenaire à chaque saison des amours.
Prédateurs: Les phoques léopards et les orques sont les principaux prédateurs des adultes.
Les skuas et les pétrels géantes s’attaquent aux oeufs et aux poussins.
Régime alimentaire: Céphalopodes, petits poissons, petits crustacés et plancton.

Manchot empereur

Description

zcla011mLe manchot empereur est le plus grand des manchots. Il ne se trouve que sur le continent Antarctique. Les conditions climatiques y sont les plus dures sur Terre et aucun autre animal ne vit dans un tel environnement. (il se reproduit pendant l’hiver de l’Antarctique).
Son corps s’est adapté pour résister à des températures atteignant -62°C. Le manchot empereur s’isole du froid en grande partie grâce à quatre couches de plumes en forme d’écailles d’une épaisseur totale de 12mm (ce serait 85% de leur pouvoir isolant). Le reste est du à la couche de graisse. Les plumes ont également une forme coudée au point d’attache dans la peau pour les maintenir. Le manchot empereur ne mue qu’une fois par an, et contrairement aux autres espèces de manchots, les nouvelles plumes restent accrochées aux anciennes tant qu’elles n’ont pas atteint leur taille définitive.
D’autre détails anatomiques montrent leur adaptation: comparativement à leur taille et aux autre espèces, ils ont un petit bec et de petits ailerons; une cavité nasale récupérant une majorité de la chaleur émise et perdue lors de l’expiration; les artères et les veines sont rapprochées pour minimiser les échanges thermiques aux extrémités (le sang qui revient est réchauffé par le sang qui provient des extrémités); des ongles des pieds longs et durs permettant de tenir sur la glace.
Le premier oeuf de manchot empereur fut trouvé sur de la glace flottant en 1840 par l’expédition de James Clark Ross. Wilson le vit dans un musée et ne l’identifia qu’en 1905. Il découvrit également la première colonie de manchots empereurs en 1902 au Cap Crozier. En 1911, pendant l’hiver, il partit à la recherche d’oeufs avec Bowers et Cherry-Garrard. C’était la première expédition hivernale en Antarctique qui est relatée dans l’ouvrage ‘The worst journey in the world’.

Classification

Nom scientifique: Aptenodytes forsteri
Le naturaliste J.R. Forster accompagnait le capitaine Cook sur HMS Resolution (1772-1775) et il fut l’un des premiers à décrire les manchots. En hommage, le nom scientifique forsteri fut donné au manchot empereur.
Genre: Aptenodytes
Sous-espèces: Aucune
Nom anglais: Emperor Penguin
Autre nom français: Aucun
Autres dénominations: Pingüino emperador (espagnol)

Caractéristiques physiques

Plumage: Le dos est d’un noir bleu-gris. La queue, la tête, le menton et la gorge sont noirs. Le ventre est est blanc. La partie supérieure du ventre est blanc-jaune. Il y a une tâche orange à proximité de chaque oreille.
On suppose que les taches et les marques du poussin permettent de les rendre plus visibles sur la glace et la neige; c’est important car les manchots empereurs n’ont pas de nid où ils pourraient retrouver leur petit.
La taille des plumes atteint 8cm.
Couleur des yeux: Marron
Taille: Entre 100 et 130 cm
Poids: Entre 25 et 41 kg
Longueur du bec: Un peu plus de 8 cm
Taille des ailes: Environ 36 cm

Répartition géographique

Carte de distribution du manchot empereur
Carte de distribution du manchot empereur

Lieux d’observation: 

La colonie la plus importante serait Care Adare, à l’entrée de la Mer de Ross. Certaines estimations avancent 250.000 couples lors de la période de reproduction.(1)

Population: Estimée à environ 200.000 couples mais les chiffres varient de 135.000 à 400.000 couples.
Statut de l’espèce: Stable
Certains facteurs peuvent faire craindre une baisse de la population:
– le réchauffement global de la Terre qui provoquerait une fonte de la glace d’où une diminution des sites de reproduction.
– présence humaine (scientifiques, touristes) de plus en plus importante sur le continent Antarctique.
– surpêche
– le trou dans la couche d’ozone augmentant la quantité d’ultra-violet

Comportement

Habitat: On compte une cinquantaine de colonies réparties tout autour de l’Antarctique, le plus souvent, sur la banquise.
Reproduction: Les manchots arrivent en mars quand la glace est suffisamment solide pour résister au poids de ces oiseaux.
A la mi-mai, un seul oeuf est pondu (en comparant au poids de l’adulte, ce serait le plus petit oeuf chez les oiseaux). La femelle transfère l’œuf sur les pieds du mâle (un moment très délicat) puis part se nourrir en mer. Si l’un des adultes venait à laisser glisser l’oeuf hors de ses pieds (geste maladroit lors du transfert de l’oeuf, perte d’équilibre, mouvement de panique, maladresse en se déplaçant, …), l’oeuf se retrouverait à même la glace et il gèlerait rapidement. Ensuite, il se craquèlerait et resterait sur la glace pour finalement tomber au fond de la mer à la fonte des glaces. Il est ainsi possible de récolter ces oeufs ‘abandonnés’ sur des glaces dérivantes avant la fonte.
Les manchots empereurs ne font pas de nid: le mâle couve l’oeuf sur le dessus de ses pieds pour éviter tout contact avec la neige et la glace. Il est couvé de 62 à 67 jours.
Les conditions sont extrêmes: c’est l’hiver antarctique (long, sombre et glacial). Les températures peuvent descendre jusqu’à -62°C, les vents peuvent atteindre 200 km/h et la nuit est quasi-permanente. Dans de telles conditions, le manchot empereur parvient à maintenir l’oeuf à une température de 31°C.
Les mâles se rassemblent en petits groupes serrés (appelés ‘tortues’) pour éviter une trop forte déperdition de chaleur et pour se protéger du vent. Les mâles alternent leur position entre le centre et l’extérieur.
Le mâle reste en permanence dans la colonie et il jeûne pendant toute cette durée (la parade, la nidification et la couvée). Il y parvient grâce à ses réserves de graisse (épaisseur de 3 à 4 cm) et il peut perdre jusqu’à 45% de son poids.
A l’éclosion (vers la mi-juillet), le poussin est quasiment nu (sans plumes) avec une tête noire et deux tâches blanches autour des yeux.
Normalement, la femelle revient juste avant l’éclosion. Si le poussin a éclos avant le retour de la femelle, le mâle, malgré son jeûne, s’en occupe et le nourrit grâce à une secrétion œsophagienne parfois appelé ‘lait de manchot’. Cela permet au poussin de survivre et de grandir pendant une durée maximale de 2 semaines. Seule cette espèce a cette particularité.
Au retour de la femelle, après avoir transmis le poussin, le mâle peut se rendre en mer pour une durée moyenne de 24 jours afin de se nourrir et de récupérer la perte pondérale. Cette transmission de poussin ne prend qu’une dizaine de secondes mais peut s’avérer mortelle si elle dure plus longtemps (le poussin gèle en moins de 2 minutes s’il est abandonné à lui-même sur la banquise).
Le poussin est nourri par les deux parents par du poisson régurgité jusqu’à son départ vers l’âge de 4 mois.
La raison pour laquelle les manchots empereurs se reproduisent pendant la saison la plus dure n’est pas encore connue; certains scientifiques avancent qu’en naissant à cette saison, les poussins sont autonomes 5 mois plus tard (janvier ou février, l’été antarctique) avec des conditions plus favorables à leur survie.
Prédateurs: Phoques léopards et orques pour les adultes en mer. Pétrels géants et skuas pour les poussins.
Régime alimentaire: Petits poissons pélagiques, crustacés Euphausidés (krill) et petits céphalopodes.

Manchot à jugulaire

Description

Manchot à jugulaire sur un iceberg - île de l'Eléphant (îles Shetland du Sud)Le manchot à jugulaire est le deuxième manchot le plus nombreux (après le gorfou Macaroni) principalement présent sur les îles Sandwich du Sud (très peu visitées). Il est facilement reconnaissable à la fine bande de plumes noires autour du menton et de la gorge (d’où son nom). Globalement, il a le ventre blanc et le dos noir. Parmi les Pygoscelis, cette espèce est réputée pour son intrépidité, sa combativité et son agilité.

Classification

Nom scientifique: Pygoscelis antarctica / Pygoscelis antarcticus
Genre: Pygoscelis
Sous-espèces: Aucune
Nom anglais: Chinstrap Penguin
Autre nom français: Manchot Antarctique, Manchot barbu
Autres dénominations: Pingüino de barbijo (espagnol)

Caractéristiques physiques

Plumage: Le dessus et l’arrière de la tête, le dos et la queue sont noirs. Le contour des yeux, le menton, les joues et le ventre sont blancs. Une fine bande noire parcourt la tête au niveau du menton et de la gorge. Le bec est noir. Les pieds et les jambes sont roses avec une plante noire.
Couleur des yeux: Marron-rouge
Taille: Entre 68 et 76 cm
Poids: Entre 3,4 et 4,9 kg
Longueur du bec: Un peu moins de 5 cm
Taille des ailes: Environ 19 cm

Répartition géographique

Carte de distribution du manchot à jugulaire
Carte de distribution du manchot à jugulaire

Lieux d’observation: 

Population: Estimée à 7,5 millions de couples.
Statut de l’espèce:  Stable

Comportement

Habitat: Sol rocheux à proximité de la mer sur les îles sub-antarctiques.
Reproduction: de octobre à février.
Les manchots à jugulaire se rassemblent en de vastes colonies pour nidifier. Ils sont souvent à proximité de colonies de manchots papous et Adélie et ils peuvent parfois partager leur colonie avec ces espèces. Les mâles sont monogames. Le nid est simple, composé de petits cailloux et de plumes. Deux oeufs sont pondus, généralement à trois jours d’intervalle. La ponte a lieu de 2 à 4 semaines après les autres Pygoscelis (papou et Adélie). Les oeufs sont couvés pendant 37 jours à la fois par le mâle et la femelle. Les poussins deviennent indépendants des parents vers l’âge de 7 à 8 semaines.
Prédateurs: Les phoques léeopard sont le principal prédateur des adultes.
Les skuas et les grands bec-en-fourreau s’attaquent aux oeufs et aux poussins.
Régime alimentaire: Principalement du krill (de grande taille). Un peu de poissons.

Manchot Adélie

Description

Manchot Adélie - Turret Point (îles Shetland du Sud)Le manchot Adélie est l’image d’Epinal du manchot: il est entièrement noir sur le dos, blanc sur le ventre, la tête est noire avec un anneau blanc autour de l’oeil. Son nom provient du prénom Adèle de la femme de l’explorateur français Dumont d’Urville. Il fait partie des manchots les mieux connus et étudiés (177 points de présence ont été répertoriés).
C’est l’un des rares manchots (avec le manchot empereur) dont la présence se limite à l’Antarctique et les eaux environnantes (limitée par le ‘pack ice’). Du fait de sa petite taille et pour éviter une trop forte déperdition de sa chaleur, ses plumes sont plus longues que celles des autres espèces et elles recouvrent une grande partie du bec.
En dehors de la période de reproduction, ils sont en mer. Ils se reposent sur les icebergs et les glaces flottants dérivant au grès des courants marins. Ils viennent à terre pour préparer le nid, donner naissance et élever ses poussins.
Ils ont une espérance de vie estimée entre 10 et 20 ans.

Classification

Nom scientifique: Pygoscelis adeliae
Genre: Pygoscelis
Sous-espèces: Aucune
Nom anglais: Adelie Penguin
Autre nom français: Manchot d’Adélie
Autres dénominations: Pingüino de Adelia (espagnol)

Caractéristiques physiques

Plumage: La tête est noire avec un anneau blanc distinctif autour des yeux. Le dos et la face extérieure des ailes et de la queue sont noires. Le ventre et la face intérieure des ailes et de la queue sont blanches.
Les poussins sont recouverts d’un duvert noir et gris.
Couleur des yeux: Marron
Taille: Environ 70 cm
Poids: Entre 3,7 et 6,0 kg
Longueur du bec: Environ 4 cm
Taille des ailes: Environ 19 cm

Répartition géographique

Carte de distribution du manchot Adélie
Carte de distribution du manchot Adélie

Lieux d’observation: 

Population: Estimée à 15 millions : 2,5 millions de couples et 10 millions de jeunes
Statut de l’espèce: Stable même si le réchauffement provoquerait une diminution de la population dans certaines colonies de la Péninsule Antarctique.
1ère observation: En 1837, par l’expédition de Dumont D’Urville à bord des vaisseaux l’Astrolabe et la Zélée.

Comportement

Habitat: Sol rocheux à proximité de la mer sur le continent Antarctique et îles environnnantes. Les colonies peuvent accueillir de quelques centaines de couples à 280.000 couples au Cap Adare.
Reproduction: Les manchots Adélie se rassemblent en grandes colonies pour nidifier.
Le nid est constitué d’une cavité dans le sol entouré de petits cailloux. Ces petits cailloux sont choisis avec attention et ramenés au nid. Certains les volent sur les nids voisins. Les nids sont commencés par les mâles en début de saison puis terminés par le couple une fois formé.
En général, deux oeufs sont pondus, dans de rares cas, trois oeufs. Les oeufs sont couvés pendant 35 à 37 jours. Les poussins n’éclosent pas toujours en même temps. Le mâle et la femelle couvent et élèvent ensemble les poussins. Les poussins sont nourris par régurgitation de krill. Les poussins deviennent indépendants des parents vers l’âge de deux mois.
Prédateurs: Les phoques léopards sont le principal prédateur des adultes.
Les skuas s’attaquent aux oeufs et aux poussins.
Régime alimentaire: Principalement des crustacés Euphausidés et du krill (de petite taille). Quelques poissons et céphalopodes.

 

On a observé également plusieurs pingouins(sic) d’Adélie. La singularité de leur démarche et cet air de curiosité qu’ils affichent – la vue du navire éveille chez ces oiseaux le plus vif étonnement – amusent beaucoup mes compagnons. Leur démarche solennelle, leur air d’importance, leurs conciliabules accompagnés de petits cris effarouchés divertissent fort Marston.
Extrait de Au cœur de l’Antarctique. Vers le pôle Sud, 1908-1909. de Sir Ernest Shackleton (p. 37 – Phébus)

Manchot papou

Description

Manchot papou - Île de la Déception (îles Shetland du Sud)Le manchot papou fait parti du genre Pygoscelis dont elle est l’espèce la plus craintive et la plus colorée avec son bec orange et ses pattes entre l’orange et le rose.
Sa première description remonte à 1776 par le naturaliste français Pierre Sonnerat. Il le décrivit dans son ouvrage Voyage à la Nouvelle-Guinée. Ses noms français et scientifiques ont pour origine la Papouasie Nouvelle-Guinée bien qu’il n’y ait aucun manchot dans ce pays.
Cette espèce est présente sur les îles sub-antarctiques et sur la Péninsule Antarctique.
Les manchots papous restent dans leur colonie tout au long de l’année. Les colonies restent rarement au même endroit d’une année à l’autre car à la fin de la saison de reproduction, l’activité des oiseaux a détruit la végétation, et par conséquent, les manchots doivent se déplacer l’année suivante.

Classification

Nom scientifique: Pygoscelis papua
Genre: Pygoscelis
Sous-espèces: 

    • Pygoscelis papua papua (la plus au nord)

Présente sur les îles sub-antarctiques.
Elle représente environ 75% des manchots papous.

    • Pygoscelis papua ellsworthii (la plus au sud)

Plus petite que l’autre sous-espèce et avec des plumes plus courtes
Présente sur la Péninsule Antarctique et les îles environnantes.
Elle représente environ 25% des manchots papous.

Nom anglais: Gentoo Penguin
Le mot gentoo fait référence aux habitants d’Inde qui portent des bonnets blancs leur faisant ressembler aux bandes blanches de la tête du manchot papou.
Autre nom français: Aucun
Autres dénominations: Pingüino Papua, Pingüino da vincha (espagnol)

Caractéristiques physiques

Plumage: Le dos et la queue sont noirs, le ventre est blanc avec une tête noire tachetée de plumes blanches. Une bande blanche parcourt le dessus de la tête d’un oeil à l’autre créant une forme triangulaire au-dessus de chaque oeil. Les yeux sont entourés par un anneau blanc de plumes. Le bec est rouge-orangé au bout noir. Les pieds sont oranges.
Couleur des yeux: Rouge
Taille: Entre 50 et 90 cm
La sous-espèce Pygoscelis papua papua est plus grande que la sous-espèce Pygoscelis papua ellsworthii d’une dizaine de centimètres.
Poids: Entre 4,8 et 7,9 kg
Moyenne de 6,2 kg pour la sous-espèce Pygoscelis papua papua et d’un peu plus de 5 kg pour la sous-espèce Pygoscelis papua ellsworthii
Longueur du bec: Environ 6 cm
Taille des ailes: Environ 25 cm

Répartition géographique

Carte de distribution du manchot papou
Carte de distribution du manchot papou

Lieux d’observation: 

Population: Estimée à 314.000 couples(2)
Statut de l’espèce: Sur le point d’être classée ‘vulnérable’ (1)
Les populations sur la Péninsule Antarctique ont tendance à augmenter tandis que celles des îles sub-antarctiques pourraient décroître. Par ex., la population des îles Malouines aurait baissé de 45% en 60 ans(3), celle de l’île Byrd (île Géorgie du Sud) aurait baissé de 67% en 25 ans(4)
Les menaces seraient les perturbations par les hommes, la pollution locale et les possibles intéractions avec l’industrie de la pêche.

Comportement

Habitat: Les manchots papous nidifient uniquement sur des sites sans neige au contraire des manchots Adélie et à jugulaire. Les sites peuvent être des plages, des vallées, des collines et des sommets de falaises. Ils peuvent également faire leur nid au milieu des herbes Tussock.
Le nid est fait de pierres, d’herbes Tussock et de mousse. Les colonies sont de tailles restreintes comprenant de plusieurs dizaines de couples jusqu’à quelques centaines.
Reproduction: Ils pondent deux oeufs qui sont couvés pendant 37 jours par les deux parents. Les poussins sont protégés par les parents pendant 25 jours avant qu’ils rejoignent les autres poussins dans des crèches. Les parents continuent à nourrir leurs poussins jusqu’à ce qu’ils aient 80 jours.
Prédateurs: Otaries, orques et phoques léopards sont les principaux prédateurs des adultes. Les skuas, les mouettes et les caracas s’attaquent aux oeufs et aux poussins.
Régime alimentaire: Crustacés Euphausidés et poissons.

 

Sources:
(1) BirdLife International & World Conservation Union – IUCN Red List
(2) Woehler (1993)
(3) Bingham (1998)
(4) J. P. Croxall in litt. (1999)

Gorfou sauteur

Description

Gorfou sauteur - New Island (îles Malouines)Le gorfou sauteur fait parti du genre Eudyptes qui se caractérise par des aigrettes (plumes jaunes au dessus des yeux). Le gorfou sauteur construit généralement son nid en haut des falaises qu’il grimpe par séries de petits bonds successifs (pattes jointes) d’où son nom de ‘sauteur’. Il peut partager sa colonie avec des albatros ou des cormorans.
Cette espèce est la plus petite des gorfous. Elle est la plus répandue avec une présence sur une quinzaine de sites (îles et régions sub-antarctiques).
Il y a trois sous-espèces qui différent par leur taille, la longueur des plumes de l’aigrette et le motif de la face inférieure des ailes.

Classification

Nom scientifique: Eudyptes chrysocale (également Eudyptes crestatus)
Genre: Eudyptes
Sous-espèces: 

  • Eudyptes chrysocome chrysocome : Gorfou sauteur subantarctique
    (Southern/Short-crested Rockhopper Penguin)
  • Eudyptes chrysocome filholi : Gorfou de Filhol(?)
    (Eastern Rockhopper Penguin)
  • Eudyptes chrysocome moseleyi : Gorfou de Moseley(?)
    (Northern/Long-crested Rockhopper Penguin)

Nom anglais: Rockhopper penguin, Moseley’s penguin
Autre nom français: Manchot sauteur et selon la sous-espèce
Autres dénominations: Pingüino penacho amarillo, Pingüino saltaroccas (espagnol)

Caractéristiques physiques

Plumage: Pour les adultes : tête noire; ‘sourcils’ jaunes qui forment des aigrettes jaunes tombantes sur les côtés avec au milieu une aigrette noire; dos noir; ventre blanc; pieds roses au-dessus noir en-dessous.
Pour les non matures : ils sont plus petits avec un menton et une gorge grises; les aigrettes jaunes sont plus pâles et plus petites.
Pour les poussins : tête et dos recouverts de duvet gris-brun; ventre recouverts de duvet blanc.
Couleur des yeux: Rouge ou variations de marron
Taille: Entre 40 et 58 cm
Poids: Entre 2,3 et 4,2 kg
Longueur du bec: Environ 4,5 cm
Taille des ailes: Environ 16,5 cm

Répartition géographique

Carte de distribution du gorfou sauteur
Carte de distribution du gorfou sauteur

Lieux d’observation: 

Population: Estimée à environ 3.300.000 couples
E. c. moseleyi: estimée à 700.000 couples
E. c. crestatus: estimée à 950.000 couples
E. c. filholi: estimée à 1.664.000 couples
Statut de l’espèce: Vulnérable
Il a été constaté que sur certains sites, la population avait globalement baissé de 24% pendant les 30 dernières années (ce qui correspond à trois générations). Si ce déclin venait à être confirmé sur d’autres sites, l’espèce (ou certaines sous-espèces) pourraient être déclarés comme ‘Menacée(s)’.
Les raisons du déclin sont multiples: pêche intensive, maladies. La présence humaine est aussi un facteur par les nuisances, la réduction de l’espace vitale et l’introduction d’espèces animales.

Comportement

Habitat: Côtes rocheuses et accidentées, falaises en bord de mer.
Reproduction: Les colonies de nids peuvent être grandes et denses, jusqu’à des centaines de milliers d’individus. Les nids sont une petite cavité peu profonde dans le sol entourés de petits cailloux, de brindilles et de plumes. Deux oeufs sont pondus avec une nette différence de taille entre eux. Les oeufs sont couvés par les deux parents pendant une durée de 32 à 34 jours. Le plus petit des oeufs sruvit rarement et il est même parfois écarté du nid avant son éclosion. Les parents s’occupent du poussin pendant 25 jours. Les poussins se regroupent alors en crèche pour se protéger pendant que les parents sont au large pour se nourrir. A 65 / 75 jours, les poussins prennent leur indépendance.
Prédateurs: Prédateurs naturels: requins bleus, phoques à fourrure, phoques léopards, otaries s’attaquent aux adultes; skuas, pétrels géantes et mouettes s’attaquent aux oeufs et aux poussins.
Prédateurs introduits: rats, chats et autres animaux sauvages s’attaquent aux adultes et aux poussins.
Régime alimentaire: Crustacés Euphausidés (krill), calmars et petits poissons.

Gorfou macaroni

Description

Gorfou macaroni - Cooper Bay (île Géorgie du Sud)Le gorfou Macaroni appartient au genre Eudyptes qui se caractérise par des aigrettes (plumes jaunes au dessus des yeux). Ils sont, avec les gorfous de Schlegel, les seuls dont les aigrettes se rejoignent au niveau du front.
Le nom Macaroni provient de leurs aigrettes qui ressemblaient à un type de chapeau porté pas les jeunes anglais au XVIIIe siècle.
Parmi le genre Eudyptes, ce sont ceux vivant le plus proche de l’Antarctique avec même une colonie sur la Péninsule.
Ils forment des colonies sur les hauteurs des côtes, nécessitant souvent de marcher plusieurs centaines de mètres depuis la mer et sur de fortes pentes. 75% de leur temps est passé en mer.

Classification

Nom scientifique: Eudyptes chrysolophus
Genre: Eudyptes
Sous-espèces: Aucune (certains scientifiques considérent le gorfou de Schlegel comme une sous-espèce).
Nom anglais: Macaroni penguin
Autre nom français: Gorfou doré, Manchot Macaroni
Autres dénominations: Pingüino frente dorada, Pingüino Macaroni (espagnol)

Caractéristiques physiques

Plumage: Pour les adultes : tête noire; deux aigrettes jaunes et touffues qui se rejoignent sur le front et s’affaissent vers l’arrière et les côtés de la tête; dos noir avec la face intérieure des ailes blanche; les pattes sont roses sur le dessus et noir en dessous.
Pour les non matures : plus petits avec un menton et une gorge grise; des aigrettes plus pâles et plus courtes que les adultes.
Pour les poussins : la tête et le dos sont recouverts de duvet gris-marron; la face intérieur des ailes sont recouverts de duvet blanc.
Couleur des yeux: Rouge ou différentes variantes du marron
Taille: Environ 70 cm
Poids: Entre 2,4 et 3,6 kg
Longueur du bec: Environ 5,5 cm
Taille des ailes: Environ 17 cm

Répartition géographique

Carte de distribution du gorfou macaroni
Carte de distribution du gorfou macaroni

Lieux d’observation:

Population: Estimée à 9 millions de couples(2)
Ile des Pingouins (Crozet) : 1 million de couples
Iles Heard and McDonald : 1 million de couples
Iles Kerguelen : 1,8 million de couples
Ile Géorgie du Sud : 2,5 million de couples
Statut de l’espèce: Vulnérable(1)
Globalement, la population aurait baissé d’au moins 20% en 36 ans (3 générations). Néanmoins, cette classification ‘vulnérable’ repose sur une extrapolation d’études locales à l’ensemble de la population. Des études complémentaires à grande échelle devraient permettre de confirmer ou d’infimer cette catégorisation.
La raison principale est la surpêche.
Blabla

Comportement

Habitat: Sur les côtes rocheuses et les falaises.
Reproduction: Les colonies de nids peuvent être grandes et denses, jusqu’à des centaines de milliers d’individus. Les nids sont une petite cavité peu profonde dans le sol entourés de petits cailloux, de brindilles et de plumes. Deux oeufs sont pondus avec une nette différence de taille entre eux. Les oeufs sont couvés par les deux parents pendant une durée de 33 à 37 jours. Le plus petit des oeufs sruvit rarement et il est même parfois écarté du nid avant son éclosion. Les parents s’occupent du poussin pendant 25 jours. Les poussins se regroupent alors en crèche pour se protéger des prédateurs pendant que les parents sont au large pour se nourrir. A 60 / 70 jours, les poussins prennent leur indépendance.
Prédateurs: Les requins, les phoques à fourrure et les phoques léeopards sont les principaux prédateurs des adultes.
Les skuas, les pétrels géantes et les mouettes s’attaquent aux oeufs et aux poussins.
Régime alimentaire: Crustacés Euphausidés (krill), petits poissons et céphalopodes.

Sources:
(1)BirdLife International & World Conservation Union – IUCN Red List
(2)Ellis et al. (1998)

Gorfou des îles Snares

Description

Gorfou des îles SnaresLes gorfous des îles Snares appartiennent au genre Eudyptes qui se distingue par une aigrette jaune.
Cette espèce ne fait ses nids que dans les denses forêts des îles Snares.
Les colonies sont denses, avec généralement de 50 à 200 couples. La plupart sont dans les forêts de l’île North-East.

Classification

Nom scientifique: Eudyptes robustus
robustes fait référence à son solide et robuste bec.
Genre: Eudyptes
Sous-espèces: Aucune
= »manchots-argument »>Nom anglais: Snares Penguin, Crested Penguin
Autre nom français: Gorfou des Snares, Gorfou à gros bec, Manchot de Snares Island
Autres dénominations: Pingüino de las Snares (espagnol)

Caractéristiques physiques

Plumage: La tête, les joues, la gorge et le dos sont noirs. Le ventre est blancs. L’aigrette jaune commence à la base du bec et s’étend au-dessus des yeux jusqu’à la nuque. Une tâche de peau rose (sans plume) à la base du bec les distingue des gorfous des Fjordland. Les pieds sont roses.
Couleur des yeux: Marron-rouge
Taille: Entre 40 et 61 cm
Poids: Entre 2,5 et 4,8 kg
Longueur du bec: Environ 5,5 cm
Taille des ailes: Environ 18 cm

Répartition géographique

Carte de distribution du gorfou des îles Snares
Carte de distribution du gorfou des îles Snares

Lieux d’observation: 

En dehors de la période de reproduction, cette espèce est parfois observée à proximité des côtes de Tasmanie et du sud de l’Australie.
Population: Estimée à 23.250 couples en 1985-1986. Une étude de l’année 2000 estimait la population à 30.000 couples.
Ile du Nord Est (North East Island) : 19.000 couples
Ile Broughton : 3.500 couples
Western Chain islets : 750 couples
Statut de l’espèce: Vulnérable(1)
Cette espèce à une petite population localisée sur un site très spécifique. Cette espèce est très fragile face aux pollutions et surpêche. Les îles Snares sont épargnées des espèces introduites.

Comportement

Habitat: Les parades nuptiales ont lieu dans des zones plates et boueuses ou alors sur des pentes douces.
Les nids sont construits dans des clairières ou sous la forêt.
Reproduction: Les couples sont monogames. Il y a une très grande fidélité sur le partenaire et sur le site de nidification.
Le nid est construit par le male. Le site étant détruit par les déchets et le piétinement, la colonie se déplace réguliérement.
Deux oeufs sont pondus en septembre ou en octobre. Les deux parents couvent les oeufs pendant 37 à 39 jours.
Le mâle garde le poussin pendant trois semaines tandis que la femelle fait des voyages quotidiens à la mer pour se nourrir et nourrir son poussin.
Les deux éclosent mais ce n’est généralement que le second qui survit au bout d’une semaine.
Des crèches sont formés à trois semaines. Les poussins perdent leur duvet vers 75 jours.
Le gorfou des îles Snares devient mature à 4 ans. Le plus âgé connu avait 20 ans.
Prédateurs: Phoques léopards, otaries.
Les pétrels géants et les skuas s’attaquent aux oeufs et aux poussins.
Régime alimentaire: Peu connu. A priori, krill, crustacés Euphausidés et petits poissons.

Sources:
(1)BirdLife International & World Conservation Union – IUCN Red List

Gorfou huppé

Description

Gorfou huppéLe gorfou huppé appartient au genre Eudyptes. C’est la seule espèce dont l’aigrette est complétement droite (elle ne retombe pas sous le niveau des yeux).

Classification

Nom scientifique: Eudyptes sclateri
sclateri fait référence à l’ornithologiste britannique Sclater.
Genre: Eudyptes
Sous-espèces:  Aucune
Nom anglais: Erect-crested Penguin, Sclaters Penguin, Auckland Island Penguin, Big Crestes Penguin
Autre nom français: Gorfou de Sclater
Autres dénominations: Pingüino crestudo, Pingüino de Sclater (espagnol)

Caractéristiques physiques

Plumage: Tête, partie supérieure de la gorge et les joues sont noirs. Noir bleuâtre au noir de jais pour le dos. L’aigrette démarre à côté du bec et passe au-dessus des yeux. Les plumes de l’aigrette sont courtes et droites, sans retomber en-dessous du niveau des yeux.
Couleur des yeux: Marron
Taille: Entre 50 et 59 cm
Poids: Entre 2,9 et 7,0 kg
Longueur du bec: Environ 5,5 cm
Taille des ailes: Environ 21 cm

Répartition géographique

Carte de distribution du gorfou huppé
Carte de distribution du gorfou huppé

Lieux d’observation: 

Population: Estimée à 165.000 couples avec des chiffres variant entre 100,000 et un million de couples.
Iles Bounty : 115.000 couples en 1978(2) ; 28.000 couples en 1997-98(3)(4)
Iles Antipodes : 115.000 couples en 1978(2) ; 49.000-57.000 couples en 1997-98(5)
Iles Campbell : 20 à 30 couples en 1986-87(5)
Statut de l’espèce: Menacée(1)
Le statut de cette espèce a été récemment élevé à ‘Menacée’ du fait d’un déclin de la population d’environ 50% sur les 45 dernières années (équivalent de 3 générations). En plus, les sites de reproductions sont restreints et seraient en diminution.
Pas de mammifére introduit à l’exception de rats sur les îles Antipodes qui s’attaquent aux oeufs et aux poussins.

Comportement

Habitat: Cette espèce est très grégaire. Les colonies peuvent être larges, denses et visibles avec des milliers de couples. Elle forme leur nid sur des falaises (max. 75m) avec accès depuis la mer. Les nids sont construits sur des versants rocheux, plages rocheuses et des sites sans végétation.
Reproduction: Le cycle de reproduction n’est pas très bien étudié. Deux oeufs sont pondus au mois de Septembre. Le premier oeuf à un poids de 55% du second oeuf. Ils sont couvés pendant environ 35 jours. Un seul poussin survivra qui perd son duvet vers 75 jours.
Prédateurs: Prédateurs naturels: phoques à fourrure, skuas.
Prédateurs introduits: rats sur les îles Antipodes.
Régime alimentaire: Peu de connaissances. Supposé être krill, crustacés et céphalopodes. Peut-être aussi des petits poissons.

Sources:
(1)BirdLife International & World Conservation Union – IUCN Red List
(2)Robertson and van Tets (1982)
(3)J. Amey per. A. M. Booth in litt. (1999)
(4)Clark et al. (1998)
(5)Taylor (2000)

Gorfou de Schlegel

Description

Gorfou de SchlegelLe gorfou de Schlegel appartient au genre Eudyptes. Certains scientifiques considérent cette espèce comme une sous-espèce du gorfou macaroni. Il se distingue des autres gorfous par une gorge blanche.
Cette espèce est restreinte à l’île Macquarie et à quelques îlots adjacents.
Le comportement de cette espèce pendant l’hiver en mer est inconnu.

Classification

Nom scientifique: Eudyptes schlegeli
schlegli fait référence au professeur H. Schlegli.
Genre: Eudyptes
Sous-espèces: Aucune
Nom anglais: Royal Penguin
Autre nom français: Manchot de Schlegel
Autres dénominations: Pingüino de Schlegel (espagnol)

Caractéristiques physiques

Plumage: Dos noir, ventre blanc. De longues plumes jaunes-orangées partent du sommet de la tête et vont vers l’arrière au-dessus des yeux. Tout comme les gorfous macaroni, les aigrettes se rejoignent au niveau du front. La tête et la gorge sont blanches.
Couleur des yeux: Marron-rouge
Taille: Entre 65 et 75 cm
Poids: Entre 3,2 et 8,1 kg
Longueur du bec: Un peu plus de 6 cm
Taille des ailes: Environ 19 cm

Répartition géographique

Carte de distribution du gorfou de Schlegel
Carte de distribution du gorfou de Schlegel

Lieux d’observation: 

  • Ile Macquarie
  • Ilots Bishop et Clerk à proximité de l’île Macquarie

Population: Estimée à 850.000 couples sur l’île Macquarie et 1.000 couples sur les îles Bishop et Clerk(1984-85)
Statut de l’espèce: Vulnérable(1)
Cette espèce ne niche que sur un seul emplacement et malgré quelques menaces, la population reste stable. Les espèces introduites constituent une menace: weka (à vérifier), rats, chats s’attaquent aux oeufs et aux poussins.
Au XIXème siècle, cette espèce fut chassée pour l’huile.

Comportement

Habitat: Cette espèce nidifie dans des larges et denses colonies sur les plages de sables ou de galets ou sur des terrains nus et rocailleux. Elle reste dans les colonies de mai à septembre.
Reproduction: Deux oeufs sont pondus, le second étant nettement plus gros que le premier. Le premier oeuf est souvent jeté en dehors du nid par la femelle avant la ponte du second.
Les deux parents couvent pendant 35 jours mais généralement, c’est le mâle qui s’occupe du poussin la première semaine après l’éclosion. Les poussins rejoignent la crèche à 3 semaines et perd son duvet à 65 jours.
Prédateurs: Phoques léopards, skuas, pétrels géantes et wekas.
Régime alimentaire: Krill, crustacés, poissons, céphalopodes.

Sources:
(1)BirdLife International & World Conservation Union – IUCN Red List

Gorfou des Fjordland

Description

Gorfou des FjordlandLe gorfou des Fjordland appartient au genre Eudyptes. Parmi ces espèces, il est considéré comme le plus timide et le plus rare.
Les sites sont difficiles d’accès, et donc, il n’y a que peu d’informations sur cette espèce (en particulier, la population).

Classification

Nom scientifique: Eudyptes pachyrhynchus
pachyrhynchus signifie ‘bec épais’.
Genre: Eudyptes
Sous-espèces: Aucune
Noms anglais: Fiordland (crested) penguin, New Zealand penguin, Thick-billed Penguin
Autres noms français: Gorfou de Victoria, Gorfou du Fiordland, Gorfou des Fjorland, Gorfou des fjords, Manchot de Fiordland
Autres dénominations: Pingüino de Fiordland (espagnol), tawaki, tauake, pokotiwha (maori)

Caractéristiques physiques

Plumage: Le plumage est identique à celui du gorfou des Snares (à l’exception de la tâche sans plume près du bec et des joues blanches). Les plumes sont plus petites et plus larges que celles du gorfou des Snares. Sur les joues, il y a de 3 à 6 bandes blanchâtres.
Couleur des yeux: Marron-rouge
Taille: Entre 40 et 55 cm
Poids: Entre 2,5 et 4,8 kg
Longueur du bec: Environ 5 cm
Taille des ailes: Environ 18 cm

Répartition géographique

Carte de distribution du gorfou des Fjordland
Carte de distribution du gorfou des Fjordland

Lieux d’observation: 

Population: Estimée à 2500-3000 couples.(2) Mais beaucoup de chiffres différent avec des estimations qui vont de 1000 à 10.000 couples. La majorité de cette espèce est présente sur une douzaine de sites.
Statut de l’espèce: Fortement menacée mais classée que vulnérable par la BirdLife International(1)
La diminution de la population sur les 45 dernières années (3 générations) est estimée à 20%. Le faible nombre de la population avec un habitat très localisé fragilise cette espèce. L’introduction des oiseaux weka (Gallirallus australis) et des mammifères tels que chiens, chats, furets, hermines est le plus grand danger.

Comportement

Habitat: Ce gorfou semble être moins social que les autres gorfous et manchots.
Migrateur et dispersé, ces oiseaux sont absents des colonies de mars à juin. Les nids sont construits sous les racines des arbres (denses forêts pluviales tempérées près des côtes), sous les rochers ou dans de petites cavités et grottes. Certaines colonies ont déjà été vues dans des baies sablonneuses.
Reproduction: Deux oeufs sont couvés en juillet et août par le mâle et la femelle pendant 30 à 36 jours. Le deuxième oeuf est plus gros que le premier. L’un des deux poussins va morurir dans les 7 jours. Le poussin est nourri tous les jours par la femelle, le mâle reste au nid pour couver le poussin. Des crèches sont formées à l’age de 2 ou 3 semaines. Le poussin perd son duvet vers 75 jours.
Ce manchot est mature vers l’âge de 5 ou 6 ans. Il vit en général de 10 à 20 ans.
Prédateurs: Prédateurs naturels: requins, phoques à fourrure.
Prédateurs introduits: rats, wekas, hermines et chiens.
Régime alimentaire: Peu connu. A priori, céphalopodes, crustacés, krill, poulpes et petits poissons.

Sources:
(1)BirdLife International & World Conservation Union – IUCN Red List
(2)McLean et al. (1997)

Manchot de Magellan

Description

Manchot de MagellanLe manchot de Magellan est la plus nombreuses des quatre espèces du genre Spheniscus.
Son nom vient de l’explorateur Magellan qui fut le premier européen à se rendre dans l’extrêmité sud du continent américain et à voir cette espèce.

Classification

Nom scientifique: Spheniscus magellanicus
Genre: Spheniscus
Sous-espèces:  Aucune
Nom anglais: Magellanic Penguin, Jackass Penguin
Autre nom français: Aucun
Autres dénominations: Pingüino magallánico, Pingüino de Magallanes, Pingüino Pataggónico (espagnol), Chonca (indien)

Caractéristiques physiques

Plumage: Le dos est noir, le ventre est blanc avec deux bandes noires. La tête est noire entourée d’une bande blanche. Certaines parties de la tête sont nues (sans plume). Les pieds sont noirs avec quelques taches roses.
Couleur des yeux: Marron
Taille: Environ 70 cm
Poids: Entre 4 et 4,9 kg
Longueur du bec: Environ 5 cm
Taille des ailes: Environ 19 cm

Répartition géographique

Carte de distribution du manchot de Magellan
Carte de distribution du manchot de Magellan

Lieux d’observation: 

Population: Estimée à 1.200.000 couples
Statut de l’espèce: Sur le point d’être menacée.(1)
Les raisons principales sont la pollution (pétrole, développement industriel) et la pression de l’homme (ramassage des oeufs, détérioration de l’habitat, présence de nouveaux prédateurs, ramassage du guano, tourisme, surpêche, filets de pêche).
1ère observation: En 1519, Magellan a vu et décrit ces manchots. Lui et son équipage furent étonnés de voir ces drôles de « canards » sans aile mais cela leur permit d’en ramasser une grande quantité avant de partir à la découverte de l’océan Pacifique.

Comportement

Habitat: Terriers à proximité de la mer.
Migration: Cette espèce migre au nord d’Avril à Août après la fin de la mue pour atteindre l’Argentine et même le sud du Brésil. Certains auraient été vus au Nors-Est du Brésil, en Australie, en Nouvelle-Zélande et dans des îles de l’Atlantique Sud.
Reproduction: Les manchots de Magellan font leur nid dans des terriers. Ils pondent deux oeufs qui sont couvés pendant 40 jours aussi bien par le mâle que par la femelle. Les poussins sont recouverts de duvet. Ils sont nourris par les parents par régurgitation jusqu’à ce que les plumes aparraissent aux environs de 80 jours.
Prédateurs: Les prédateurs naturels sont les phoques léopards et les orques.
Régime alimentaire: Principalement espèces pélagiques de poissons (sardines, anchois, …). Sur les Malouines, ils se nourrissent également de céphalopodes et de crustacés.

Manchot de Humboldt

Description

Manchot de HumboldtLe manchot de Humboldt appartient au genre Spheniscus. Il se trouve uniquement sur la côte Pacifique du Pérou et du Chili, entre les latitudes 5° et 35° sud. Malgré la forte chaleur y régnant (les côtes sont des déserts), les manchots peuvent y vivre grâce au riche écosystème du courant froid de Humboldt.

Classification

Nom scientifique: Spheniscus humboldti
Genre: Spheniscus
Sous-espèces: Aucune
Nom anglais: Humboldt Penguin, Peruvian Penguin, Chilean Penguin, Jackass Penguin
Autre nom français: Aucun
Autres dénominations: Pingüino de Humboldt (espagnol), Pájaro niño (sud du Chili), Patranca (quechua)

Caractéristiques physiques

Plumage: Le devant est blanc; le dos et la tête sont d’un noir brillant. Une bande noire se trouve sur la poitrine et le ventre; des taches noires sont sur la poitrine. La,peau de la tête est rose et le bec noir. Les pieds sont noirs et roses. Les oiseaux juvéniles (moins de 2 ans) n’ont pas la tête distinctive, la bande et les taches noires.
Couleur des yeux: Marron-rouge
Taille: Environ 68 cm
Poids: Entre 4,5 et 4,9 kg
Longueur du bec: Environ 6 cm
Taille des ailes: Environ 17 cm

Répartition géographique

Carte de distribution du manchot de Humboldt
Carte de distribution du manchot de Humboldt

Lieux d’observation: 

Population: Entre 4.500 et 35.000 individus
Statut de l’espèce: Vulnérable(1)
La population est très erratique et les raisons sont multiples:
Le phénomène El Niño est catastrophique pour cette espèce en provoquant à chaque fois une baisse importante de la population. Les courants chauds provoqués par El Niño diminuent considérablement le nombre de poissons consommés par ce manchot et donc les manchots meurent de faim
La pression de l’homme est très importante: récolte des oeufs, surpêche, introduction de nouvelles espèces prédatrices, réduction de son habitat, exploitation du guano, pollution ( la catastrophe pétrolière de 2000 sur l’île San Cristobal peut avoir eue des conséquences indirectes), le tourisme et une population humaine en augmentation dans l’archipel.

Comportement

Habitat: Les manchots de Humboldt partagent souvent leur colonie avec d’autres oiseaux marins. Ce manchot préfére être dans des terriers ou dans les rochers. Là où le guano accumulé est extrait, les manchots ne peuvent pas faire de terrier et ils sont alors obligés de faire leur nid à l’extérieur en utilisant des petits cailloux, des feuilles et des brindilles.
Reproduction: Deux oeufs de différentes tailles sont pondus et couvés pendant 35 jours. Le premier oeuf survit rarement. Les poussins sont gardés par les parents jusqu’à l’âge de 20 ans. Les poussins sont alors regroupés en crèches pour le protéger pendant que les deux parents sont en mer. Les parents continuent à nourrir le poussin jusqu’à l’âge de 2 mois et demi.
Prédateurs: Les prédateurs naturels pour les adultes sont les phoques à fourrure, les otaries, les requins et les renards. Les mouettes s’attaquent également aux poussins et aux oeufs.
Les prédateurs introduits sont les chiens, les rats et les hommes.
Certaines chauves-souris vampires vivant dans des grottes sur la côte iraient s’abreuver en sang sur les manchots endormis.
Régime alimentaire: Principalement du poisson (sardines, anchois, …). Occasionnellement, des céphalopodes, du krill ou d’autres espèces de poissons

Sources:
(1)BirdLife International & World Conservation Union – IUCN Red List

Manchot des Galápagos

Description

Manchot des GalápagosLe manchot des Galápagos est la plus petite espèce du genre Spheniscus
Ce manchot est un animal de la zone tropicale vivant dans le climat désertique de l’archipel des Galápagos. C’est l’espèce de manchot la plus septentrionale puisqu’il vit au niveau de la ligne de l’Equateur. Ainsi, un manchot peut vivre sans glace ou neige. La présence de courants froids lui permet de vivre dans cet environnement.

Classification

Nom scientifique: Spheniscus mendiculus
mendiculus signigie ‘petit coquin’.
Genre: Spheniscus
Sous-espèces:  Aucune
Nom anglais: Galapagos Penguin
Autre nom français: Manchot des Gakaoagis
Autres dénominations: Pingüino de las Galápagos (espagnol)

Caractéristiques physiques

Plumage: Les marques sont similaires aux autres espèces du genre Spheniscus mais la bande au niveau de la poitrine est légérement plus tachetée et indéfinie. Les mâles ont des couleurs plus éclatantes et des marques plus larges. Cette espèce a plus de parties dénudées sur la tête (sans plume) que les autres espèces du même genre.
Couleur des yeux: Rouge
Taille: Environ 53 cm
Poids: Entre 1,7 et 2,5 kg
Longueur du bec: Environ 5,5 cm
Taille des ailes: Environ 11,5 cm

Répartition géographique

Carte de distribution du manchot des Galápagos
Carte de distribution du manchot des Galápagos

Lieux d’observation: Archipel des Galápagos mais uniquement sur certaines îles

  • Côte est de l’île Ferdinand
  • Côte nord-ouest de l’île Isabela
  • Ile Bartolomé
  • En 1997, un petit nombre a été vu sur l’île Floreana

Population: Très changeante et en fonction de la force de El Niño: estimée entre 2.000 et 15.000
Statut de l’espèce: Menacée(1)
La population est très erratique et les raisons sont multiples:
Le phénomène El Niño est catastrophique pour cette espèce. Ainsi, en 1982-83 et 1997-98, El Niño provoqua la disparition de 70% de la population. Les courants chauds provoqués par El Niño diminuent considérablement le nombre de poissons consommés par ce manchot et donc les manchots meurent de faim
La pression de l’homme est très importante: surpêche, introduction de nouvelles espèces prédatrices (chiens et chats sauvages sur l’île Isabela), pollution ( la catastrophe pétrolière de 2000 sur l’île San Cristobal peut avoir eue des conséquences indirectes), le tourisme et une population humaine en augmentation dans l’archipel.

Comportement

Habitat: Le manchot des Galápagos est généralement en mer pendant la journée et à terre pendant la nuit afin d’échapper aux hautes températures diurnes. Les nids sont faits dans des fissures et dans des terriers des dépôts volcaniques. Ils sont constitués de feuilles et de plumes. Les couples de manchots des Galápagos sont plutôt solitaires ou alors ils sont regroupés en petits groupes.
Reproduction: Les manchots des Galápagos se reproduisent tout au long de l’année. Les oeufs sont pondus à n’importe quelle époque de l’année, la ponte est généralement liée à la température de la mer avec des pics saisonniers en Juin-Septembre et Décembre-Mars. Deux oeufs sont couvés pendant 38-40 jours aussi bien par le mâle que par la femelle. Les poussins restent à proximité du nid jusqu’à l’apparition des plumes vers 60-65 jours. La mue est prénuptiale.
Prédateurs: Les prédateurs naturels des adultes sont le requin des Galápagos et le faucon des Galápagos.
Le serpent des Galápagos et le crabe ‘Sally Lightfoot’ s’attaquent aux oeufs et aux poussins.
Certaines espèces introduites se sont révélées être des prédateurs: chiens sauvages, chats sauvages, rats.
Régime alimentaire: Peu de connaissances: principalement des petits poissons tropicaux, des sardines, des mulets, et des crustacés.

Sources:
(1)BirdLife International & World Conservation Union – IUCN Red List

Manchot du Cap

Description

Manchot du CapLe manchot du Cap est l’une des 4 espèces du genre Spheniscus. Il se limite aux régions de l’Afrique du Sud et de la Namibie. C’est la première espèce de manchot à avoir été découverte par les européens. Il est assez bruyant, et certains comparent volontier son cri au braiement d’un âne. Sa population est constamment en déclin.

Classification

Nom scientifique: Spheniscus demersus
demersus signifie ‘plonger’.
Genre: Blabla
Sous-espèces: Aucune
Nom anglais: African Penguin, Cape Penguin, Jackass Penguin, Black-footed Penguin, Spectacled penguin
Autre nom français: Manchot moyen, Manchot du cap de Bonne-Espérance
Autres dénominations: Pingüino de Cabo, Pingüino Africano (espagnol), Brilpikkewyn, Kapse pikkewyne (afrikaner), In-guza (langue indigène)

Caractéristiques physiques

Plumage: Dos noir. Ventre blanc avec une unique bande noire et quelques tâches noires. La tête est noire avec une bande blanche. Les pieds sont noirs. La partie sans plume sous les yeux devient rouge en cas de fortes températures.
Les jeunes sont initialement bleu-ardoise sur le dos, virant ensuite vers une couleur plus brune dans les deuxième et troisième années.
Couleur des yeux: Marron
Taille: Environ 70 cm
Poids: Entre 2,4 et 4,0 kg
Longueur du bec: Environ 5,5 cm
Taille des ailes: Environ 18,5 cm

Répartition géographique

Carte de distribution du manchot du Cap
Carte de distribution du manchot du Cap

Lieux d’observation: 

Population: Estimée à 180.000 adultes.
Aujourd’hui, il nidifie sur 24 îles et trois principaux sites sur le continent entre l’île Hollamsbird (Namibie) et l’île Bird et la baie Algoa Bay (Afrique du Sud).
Sous la pression humaine, sa population décroit en permanence ainsi que le nombre de sites de nidification. En 1910, on comptait 1.450.000 adultes en 1910 sur l’île Dassen. Dans les années 1970, la population était estimée à 222.000 adultes. 80% de la population actuelle est sur sept îles. Seule la population de la baie Algoa augmente.
Statut de l’espèce: Vulnérable(1)
La population décline rapidement pour plusieurs raisons:
– pollution: flaques de mazout, huile et pétrole
– diminution de son habitat par la pression humaine et industrielle
– ramassage de ses oeufs
– ramassage du guano perturbant les colonies de manchots et détruisant les sites habituels de nidification
– introduction de prédateurs
– surpêche
1ère observation: Vasco de Gama, qui rejoignit l’Inde en contournant l’Afrique en 1497-99, fut le premier à relater l’existence des manchots du Cap. On soupçonne que Bartolomeu Dias avait aperçu des manchots du Cap lors de son expédition en 1487-88 jusqu’au cap de Bonne Espérance.

Comportement

Habitat: Terriers
Reproduction: Le nid est fait dans un terrier pour se protéger des prédateurs et des fortes chaleurs. Deux oeufs sont pondus. Ils sont couvés pendant 38 jours aussi bien par le mâle que par la femelle. A l’éclosion, les poussins ont déjà du duvet. Les parents les nourrissent par régurgitation jusqu’à l’âge de deux mois.
Le manchot du Cap est considéré comme le manchot ayant la parade nuptiale la plus élaborée.
Prédateurs: Otaries du Cap, phoques et requins pour les adultes. Les goélands dominicains et les chats sauvages s’attaquent aux oeufs et aux poussins.
Régime alimentaire: Petits poissons tels que le pilchard, l’anchois, la sardine et le hareng.

Sources:
(1)BirdLife International & World Conservation Union – IUCN Red List

Petit manchot bleu

Description

Petit manchot bleuLe Petit Manchot Bleu est la plus petite espèce de manchots au monde. Cette espèce utilise une gamme de sons et de cris plus étendue que les autres espèces. Ces manchots vivent dans des terriers. Ils sont nocturnes : ils quittent la terre pour la mer juste avant le coucher du soleil et ils reviennent pendant l’obscurité afin d’éviter les prédateurs. Cette espèce est présente en Australie et en Nouvelle-Zélande. Les habitudes côtières de cette espèce ont favorisé l’isolation de groupes et l’apparition de cinq sous-espèces.

Classification

Nom scientifique: Eudyptula minor
Genre: Eudyptula
Sous-espèces: 

  • Fairy Penguin (Eudyptula minor novaehollandiae)
  • Northern Blue Penguin (Eudyptula minor iredalei)
  • Cook Strait Blue Penguin (Eudyptula minor variabilis)
  • Southern Blue Penguin (Eudyptula minor minor)
  • Chatham Island Blue Penguin (Eudyptula minor chathamensis)

Nom anglais: Little Blue Penguin, Little Penguin, Blue Penguin, Fairy Penguin
Autre nom français: Manchot Pygmée, Petit manchot
Autres dénominations: Pingüino Enano, Pingüino Azul (espagnol); Korora  (Maori); martidekker, tomeranaray, gur-roo-mul, choolia, indala, munuwar (aborigène)

Caractéristiques physiques

Plumage: Différentes variations de bleu-indigo sur le dos, la tête et les ailes. Le ventre est blanc.
Couleur des yeux: Gris légérement bleuté
Taille: Entre 40 et 45 cm
Poids: Entre 1 et 1,1 kg
Longueur du bec: Environ 3,8 cm
Taille des ailes: Environ 12 cm

Répartition géographique

Lieux d’observation: 

Population: Estimée à environ 1.000.000 (dont 25.000 à 50.000 en Nouvelle-Zélande)
Statut de l’espèce: Stable avec peut-être une légère décroissance de la population.
Blabla

Comportement

Habitat: Terriers
Reproduction: Le nid est fait dans un terrier. Deux oeufs sont pondus. Ils sont couvés pendant 35 jours à la fois par les mâles et les femelles. Les poussins sont couverts de duvets. Ils sont nourris par régurgitation par les parents jusqu’à l’âge d’un mois.
Prédateurs: Prédateurs naturels: phoques à fourrure,fur seals, otaries, requins et barracudas (pour les adultes); mouettes, faucons (pour les oeufs et les poussins).
Prédateurs introduits: chiens, chats, belettes, hermines, furets, renards et rats.
Régime alimentaire: Petis poissons tels que pilchards, anchois. Petits céphalopodes (moins de 12cm). Occasionnellement des crustacés comme crevettes et krill.

Manchot à ailerons blancs

Description

Manchot à ailerons blancsLe manchot à ailerons blancs ne se trouve qu’en Nouvelle-Zélande et elle est proche de l’espèce du Petit Manchot Bleu. Certains scientifiques la considèrent comme étant une sous-espèce du Petit Manchot Bleu.
Cette espèce utilise une gamme de sons et de cris plus étendue que les autres espèces. Ces manchots vivent dans des terriers. Ils sont nocturnes : ils quittent la terre pour la mer juste avant le coucher du soleil et ils reviennent pendant l’obscurité afin d’éviter les prédateurs.

Classification

Nom scientifique: Eudyptula (minor) albosignata
Genre: Eudyptula
Sous-espèces:  Aucune
Nom anglais: White-flippered Penguin
Autre nom français: Aucun
Autres dénominations: Pingüino de patas blancas (espagnol); korora (maori)

Caractéristiques physiques

Plumage: Différentes variations de bleu-indigo sur le dos, la tête et les ailes. Le ventre est blanc.
Couleur des yeux: Gris légérement bleuté
Taille: Entre 40 et 45 cm
Poids: Environ 1,3 kg
Longueur du bec: Un peu plus de 3,5 cm
Taille des ailes: Environ 12,5 cm

Répartition géographique

Lieux d’observation: 

Population: Estimée à 3750 couples
Statut de l’espèce: Menacée sur l’île du Sud (contact de l’homme et des espèces introduites). Considérée stable par la IUCN Red List of Threatened Species
Blabla

Comportement

Habitat: Terriers
Reproduction: Le nid est fait dans un terrier. Deux oeufs sont pondus. Ils sont couvés pendant 35 jours à la fois par les mâles et les femelles. Les poussins sont couverts de duvets. Ils sont nourris par régurgitation par les parents jusqu’à l’âge d’un mois.
Prédateurs: Prédateurs naturels: phoques à fourrure,fur seals, otaries, requins et barracudas (pour les adultes); mouettes, faucons (pour les oeufs et les poussins).
Prédateurs introduits: chiens, chats, belettes, hermines, furets, renards et rats.
Régime alimentaire: Petis poissons tels que pilchards, anchois. Petits céphalopodes (moins de 12cm). Occasionnellement des crustacés comme crevettes et krill.

Manchot à oeil jaune

Description

Manchot à oeil jauneLe manchot à oeil jaune est le manchot le plus reclus: il vit dans les forêts de la côte et dans une dense végétation plutôt que dans de larges colonies.
Comme le nom le suggère, il a les yeux jaunes et une bande de plumes jaunes pâles sur la partie supérieure de la tête.
Il vit exclusivement dans la partie sud de la Nouvelle-Zélande.
On dit qu’il a un cri plus musical que les autres espèces de manchots.

Classification

Nom scientifique: Megadyptes antipodes
Genre: Megadyptes
Sous-espèces: Aucune
Nom anglais: Yellow-eyed Penguin
Autre nom français: Manchot antipode, Manchot des antipodes
Autres dénominations: Pingüino ojigualdo (espagnol) (espagnol); Hoiho, Tavora (maori)

Caractéristiques physiques

Plumage: Dos noir, ventre blanc avec une partie gris-ardoise. Partie supérieure de la tête est jaune pâle avec des bandes noires.
Les jeunes ont des yeux plus gris et n’ont pas de bande jaune.
Couleur des yeux: Jaune
Taille: Entre 65 et 78 cm
Poids: Entre 3,7 et 8,5 kg
Longueur du bec: Environ 5,5 cm
Taille des ailes: Environ 21 cm

Répartition géographique

Lieux d’observation: 

Population: Estimée entre 4000 et 7000 couples.
La population a diminué de 40% sur les 40 dernières années.
Statut de l’espèce: Menacée(1)
Deux raisons principales :
– introduction d’animaux prédateurs
– destruction des forêts où nidifient ce manchot, il est alors obligé de nidifier dans des endroits non protégés.
Récemment, des mesures sérieuses ont été prises pour protéger l’environnement de ce manchot.
1ère observation: En mars 1840, deux expéditions (une américaine, l’autre française par l’amiral Dumont d’Urville) visitérent les îles Auckland et collectérent des spéciments de manchot à oeil jaune.
L’expédition britannique de Sir James Clark Ross obtint des spécimens sur les îles Auckland et Campbell en décembre 1840. En 1841, cette expédition prit un spécimen sur les côtes de la Nouvelle-Zélande.
En 1885, cette espèce fut découverte sur la péninsule Otago (Nouvelle-Zélande, île du Sud) par P. Seymour. Sur ce site, L.E. Richdale étudia attentivement cette espèce pendant 18 ans.

Comportement

Habitat: Cet oiseau est présent tout au long de l’année sur le terrain où sont construits les nids. Les nids sont construits dans la végétation dense à partir d’herbe tussock. Le mâle et la femelle participent à la construction du nid.
Chaque couple de cette espèce est solitaire. Le nid est isolé et construit à l’abri du regard des autres couples. En fait, si deux couples venaient à être visibles l’un de l’autre, la saison de reproduction serait sans résultat pour les deux couples.
Reproduction: Deux oeufs sont pondus dans le nid entre mi-septembre et mi-octobre. Les deux parents couvent pendant une durée de 39 à 51 jours. Pour 60% des couples, les deux poussins vont survivre. Il faut compter entre deux et trois ans pour arriver à la maturité. Les femelles sont plus précoces que les mâles, et il n’est pas rare qu’elle soit élevée à la fin avec un mâle plus âgé.
Prédateurs: Les prédateurs naturels sont les otaries et les barracudas.
Les principaux prédateurs ont été introduits: oiseaux weka et mammifères tels que chiens, chats, furets, hermines.
Régime alimentaire: Petits poissons (Hemerocoetes monopterygius – opalfish; morue rouge; athérinidés; sprats) et calamars.

Sources:
(1) BirdLife International & World Conservation Union – IUCN Red List
(2) Australian Geographic n°85 Jan-Mar 2007